François VIRET

Guide de haute montagne

« Je rentre du Népal et ce qui m’a frappé en observant ces peuples des hautes vallées est que malgré leur condition de vie pour le moins rustique et sommaire, il se dégage une sérénité sur leur visage, une justesse que nous n’avons plus depuis longtemps. Bien sûr il ne faut pas idéaliser leur vie, elle est et c’est tout, et ce n’est pas la nôtre. Cependant, peut-être que si l’on prend le temps de se laisser pénétrer par leur montagne, on comprend mieux ce que veut dire vivre en montagne à tel point qu’ils en font partie intégrante. Que serait l’Himalaya sans ses peuples? »

> Revenir à la liste des signataires

Rejoignez-nous sur Facebook !
Designed by Eve Issartel, powered by PikiChaki