Actualités
Equiper ou protéger, faut-il choisir ?
24 septembre 2013

Dimanche 23 juin 2013, rendez-vous était pris avec les grimpeurs présents au Roc Trip des Gorges du Tarn, pour échanger sur le thème de l’équipement et du respect de l’environnement. Avec une très bonne participation au débat organisé par la Coordination Montagne et la Fondation Petzl, les réflexions engagées à Grenoble se poursuivent !

Le majestueux site d’escalade des Gorges du Tarn accueillait le festival d’escalade Roc Trip au mois de juin 2013. L’occasion pour la Fondation Petzl d’organiser le dialogue entre grimpeurs et avec les parties prenantes sur l’équipement des voies… qui pose parfois des problèmes ! Des questions très diverses ont été posées sur la réalité du dérangement des oiseaux en lien avec la fréquentation des sites, la sécurité des voies, etc.

Trois points de vue différents étaient rassemblés. Ce qui a permis un débat animé !

Alain Ravayrol travaille dans la protection de la nature depuis 30 ans

Il se présente d’abord comme un grimpeur, il fait le baguage des aigles et des vautours dans la région du Languedoc-Roussillon. Pour lui, le principal problème est souvent l’incompréhension entre les naturalistes protégeant la faune sauvage vivant dans les falaises et les grimpeurs. Les premiers n’ont pas forcément la connaissance de la pratique et ont parfois la paranoïa de la protection, car la menace de la disparition des espèces est forte aujourd’hui.
Avant la pose du premier ancrage dans une nouvelle voie d’escalade, la discussion est la meilleure solution ; ensuite c’est plus compliqué ! Il faut donc que l’aménageur se présente devant les associations, mais aussi que les interlocuteurs soient indentifiables. L’espace convoité a peut-être un statut particulier, les associations qui travaillent sur les espèces rupestres peuvent aussi apporter des informations. Sans oublier le propriétaire du « caillou » ! Les conflits sont souvent liés à la pertinence de l’aménagement. Selon les espèces, la proximité avec les oiseaux peut devenir gênante, notamment pendant les périodes de ponte, de couvaison et les 3 premières semaines du poussin. Il n’y a pas de norme de distance, ce n’est pas non plus le nombre de personnes qui peut déranger la faune sauvage, mais plutôt le moment où l’on passe à un endroit précis.

Yann Gesquier, grimpeur du team Petzl est équipeur depuis 20 ans

Il a beaucoup équipé de manière « sauvage », avant de s’intéresser aux problématiques de la protection de la faune sauvage. Depuis 2 ans, il participe aux réunions mises en place dans le Parc National de Écrins, sur l’impulsion de Mountain Wilderness, pour discuter des projets d’équipement ou de rééquipement. Pour lui, ce dialogue avec l’ensemble des parties prenantes est essentiel : la majorité des pratiquants n’ont pas conscience du travail qui est fait en amont. Il y a aussi des notions de responsabilité en cas d’accident, en fonction de l’équipement que le grimpeur utilise.

Madeleine Malaval est maire de Saint-Georges-de-Lévejac,
commune gestionnaire du site d’escalade des Gorges du Tarn

En 2008, les premières discussions sur l’escalade avec le CAF de Millau ont été tendues : à l’époque, elle ne connaissait pas le milieu des grimpeurs, et les grimpeurs ne connaissaient pas la notion de propriété privée ! À la suite d’un accident de grimpe, la préfecture a demandé la fermeture du site. Il y avait deux possibilités : fermer le site ou voir comment faire vivre tout le monde ensemble. Un comité de pilotage avec les acteurs concernés a été créé. Un travail de longue haleine a été mené, avec des concertations, des rencontres pour convaincre la population et avancer ensemble.

D’autres questions sont soulevées : Comment sensibiliser les maires qui ne connaissent pas le monde de l’escalade ? Comment faire comprendre qu’il peut y avoir des solutions ? Un travail sur la sensibilisation des élus peut être fait, notamment s’il y a des retombées économiques importantes. Dans l’ensemble, tous s’accordent à dire qu’il faut avoir conscience qu’on peut aménager, mais qu’il faut trouver un équilibre avec la protection, pour continuer à grimper dans un environnement où la vie sauvage existe.

Propos recueillis par Stéphane Lozac’hmeur, Chargée de projets Fondation Petzl

Rejoignez-nous sur Facebook !
Designed by Eve Issartel, powered by PikiChaki